Mardi 22 mai 2018 BAT - La revue des écritures théâtrales - Numéro 76 Partager

Exposition en
mai 2015

Nos champs de solitude

image

hautEn savoir plus
...

image
Nos partenaires

Par ici la sortie...

Les écritures d'une autre Europe n°4

:::: Par Gilles Boulan | paru le 14/10/2012

boulan.jpg

UNE PARADE DE CIRQUE

ANTHOLOGIE  DES ECRITURES THEATRALES CONTEMPORAINES DE  CROATIE

 

Depuis le démantèlement de l’Empire Austro-hongrois au lendemain de la première guerre Mondiale, la Croatie a connu une histoire pour le moins mouvementée entre son appartenance au Royaume des Serbes, Croates et Slovènes, puis au Royaume de Yougoslavie (1929-1941), la proclamation d’un Etat croate indépendant dirigé par les Oustachis, parti fasciste allié de l’Allemagne nazie (1941-1945), son rattachement à la fédération des républiques socialistes yougoslaves de Tito et pour finir, son indépendance proclamée le 25 juin 1991 au terme d’un conflit fratricide dont les blessures sont encore très vives. Vingt ans plus tard, la Croatie demeure une démocratie parlementaire, riche de quatre millions d’habitants et qui devrait rejoindre l’Union européenne en juillet 2013.

De cette histoire très agitée, plusieurs générations d’auteurs, de poètes et d’hommes de théâtre ont été les témoins, voire parfois les victimes, à différentes époques. Et il est juste de constater -juste et aussi très rassurant - qu’en dépit de ses difficultés, fort d’un sentiment national qui transcende le nationalisme, ce tout petit pays, docilement coincé sur les rives de l’Adriatique, a su se doter d’un théâtre dépassant ses propres frontières.

On admettra aisément que cette richesse théâtrale trouve sa raison d’exister dans un drame national qui n’a rien épargné à la mémoire de ses habitants et à la conscience de ses artistes : soumission à un ordre extérieur, dictature sanglante, bureaucratie soviétique... Mais cette résistance nécessaire, loin de s’enraciner dans les soupirs et dans les plaintes d’un réalisme pathétique semble davantage prendre la forme d’une ironie désenchantée, d’une autodérision et d’un sens du spectaculaire dont Natasa Govedic se fait l’écho dans la longue préface qui accompagne cette anthologie délibérément placée sous le signe de la parade, du cirque et de la foire : « Le drame croate, depuis un siècle, a tendance à confondre l’échafaud et le cirque. Les victimes utilisent la scène pour avoir au moins l’illusion de danser au bout de leur corde, bien que les précédentes anthologies, publiées exclusivement en Croatie  évitent de préciser l’aspect politique du matériau dramatique collecté. Selon moi, les nombreux textes joués sur la scène croate renvoient à l’impuissance et à la torture « spectaculaire », avec en toile de fond les souvenirs du cirque utopique, puis dystopique. Peut-être le chapiteau est il l’envers conflictuel de notre léthargie nationale, son alter ego théâtral, dangereux et anti-territorial ? Ou bien le « numéro principal » de la résistance brisée ne recouvrirait-il pas qu’une foire libertaire ? Ni Mesaric, ni Krleža, ni Marinkovic, ni Šnajder, ni Sajko, ni Vidic ne répondraient à cette question, j’en suis sûre, d’une seule et même voix. »

C’est ce point de vue très radical qui organise la construction de cette anthologie concoctée par elle-même avec la complicité de Dominique Dolmieu et de Miloš Lazin. Un point de vue qui s’exprime jusque dans le titre de l’ouvrage. Une parade de cirque couvre environ un siècle d’histoire théâtrale croate à travers des seize extraits commentés de pièces dues à la plume de dix-sept auteurs. Comme pour bien souligner ce propos, elle s’ouvre par Le Clown une pièce en un acte datée de 1922 du jeune auteur expressionniste, Kalman Mesaric, extraite d’un cycle intitulé Jongleurs cosmiques.

Au fil des quinze autres extraits, on pourra constater que le point de vue se tient et que l’anthologiste a bien fait son travail. On y croise en effet des personnages pittoresques, et des figures grotesques dignes d’une de ces parades foraines qui faisaient le renom et la fortune du cirque Barnum. Un roi Gordogane ubuesque dont le langage est à l’image de son désordre tyrannique, un noyé dégouttant avec une ablette à l’intérieur de sa chemise, un Hamlet commenté par le secrétaire du parti lors d’une réunion du Front Populaire à Mrdusa-d'en-bas, un défilé militaire et un grand lapin blanc surgi d’un buisson, un prêtre qui perce des trous dans les préservatifs, une femme enceinte et pas enceinte en fonction de son humeur ou un ours mis au rencart à la bourse du travail... Tout cela sur fond de foire royale et d’encyclopédie du temps perdu. Et des plumes aussi efficaces et aussi différentes que celles de Slobodan Šnajder, d’Asja Srnec Todorovic ou de Nina Mitrovic, j’en passe...
 

Une parade de cirque est la première anthologie de ce genre publiée hors des frontières de la Croatie. Elle est éditée par les Editions l’Espace d’un instant 

 

Au sommaire

Le Clown (1922) de Kalman Mesaric

Un aventurier devant la porte (1925) de Milan Begovic

La Foire royale (1915) de Miroslav Krleža

Le Roi Gordogane (1943) de Radovan Ivšic

La Représentation de « Hamlet » au village de Mrduša-d’en-bas (1965) d’Ivo Brešan

Le Désert (1982) de Ranko Marinkovic

Où vont Orphée et Eurydice ? (1994) de Tomislav Durbešic

Le Grand Lapin blanc (2002) d’Ivan Vidic

Les Enfants du curé (1998) de Mate Matišic

Les Piafs – une prison nommée désir (2000) de Filip Šovagovic

Aziz ou La Noce qui a sauvé l’Occident (2007) de Predrag Lucic

Ce Lit est trop petit  (2004) de Nina Mitrovic

Excusez-moi, est-ce que je peux vous raconter…? (2008) d’Anica Tomic et Jelena Kovacic

L’Encyclopédie du temps perdu (2009) de Slobodan Šnajder

Respire ! (2003) d’Asja Srnec Todorovic

Rose is a rose is a rose is a rose (2008) d’Ivana Sajko

 

Nataša Govedic, professeur du Conservatoire d’art dramatique de l’Université de Zagreb, est l’une des plus éminentes critiques théâtrales en Croatie. Dominique Dolmieu, metteur en scène, est fondateur de la Maison d’Europe et d’Orient, pour laquelle il a réalisé différentes anthologies sur les écritures théâtrales d’Europe orientale. Miloš Lazin, metteur en scène, professeur d’art dramatique et chercheur, est l’un des principaux spécialistes du théâtre de l’espace culturel yougoslave dans le monde francophone

 

haut Réagissez à cette contribution...

hautHaut de page

 

Mentions légales

©Le Billet des Auteurs de Théâtre 2011

Le collectif

Contact

Revue réalisée avec le concours du
Centre national du Livre