Partager

- Nos partenaires -

 

- Le Billet des Auteurs de Théâtre -
Revue mensuelle des écritures théâtrales

Dimanche 18 novembre 2018

Anciens numéros

<-- Retour

Le salon de lecture

Un auteur lit pour vous..

Jean-Pierre Thiercelin

Jean-Pierre Thiercelin est Auteur dramatique, comédien

Jean-Pierre Thiercelin lit pour vous
De l'enfer à la lune

7. Parade

Bascule de lumière. La musique reprend, éclatante. La piste se redessine avec en fond de scène le rideau rouge, surmonté d’un orchestre de cirque. Des échelles de cordes apparaissent. Un tapis rouge traverse la piste. Coiffé d'un chapeau haut de forme, chambrière en main, Robert est monsieur loyal.

Robert/Monsieur Loyal : Mesdames et Messieurs, Ladies and Gentlemen, Sehr geehrte Damen und Herren ! Pour la première fois dans votre ville, dans votre pays, en Europe et, osons le dire, en première mondiale, j’ai l’honneur et l’avantage de vous présenter un spectacle inoubliable, une histoire incroyable, l’attraction du siècle ! Une attraction, mesdames et messieurs, qui échappe même à l’attraction terrestre ! Oui, vous avez bien entendu ! Une histoire qui prend naissance dans les entrailles de la terre, et qui finit… dans les étoiles !
Coup de sifflet et claquement de fouet. Envoyez les étoiles ! Une boule de cristal descend des cintres et envoie un manège d’étoiles filantes aux quatre coins du théâtre. Merci.
Du rêve, de l’histoire, de la misère, de la puissance et de la gloire ! De la gloire, mesdames et messieurs mais aussi de la mort, beaucoup de morts ! Une histoire d’ombre et de lumière, une histoire tragique et sublime, une histoire qui nous mènera de l’enfer… A la lune !
Coup de sifflet. Envoyez la lune ! Un faisceau de projecteur traverse l’espace et cerne monsieur Loyal. C’est tout ce qu’on a comme lune ? C’est pas terrible…Mesdames et messieurs, cette lune qui m’inonde de ses rayons, l’homme en a rêvé depuis la nuit des temps. Longtemps crainte et honorée à l’égal du soleil, on l’appelait Thot chez les Egyptiens, Séléné chez les Grecs, Ishtar à Babylone !... Babylone où pour mieux la vénérer et l’observer, les Sumériens construisirent la célèbre tour de Babel !
Il attrape une échelle de corde. Puis, les hommes voulurent rivaliser avec les Dieux et rêvèrent d’atteindre l’astre de la nuit. Cyrano de Bergerac, le poète, disait avoir fait ce voyage à l’aide de fioles de cristal emplies de rosée matutinale… l’échelle de corde commence à l’élever dans les airs… « Et sa personne, alors au soleil exposée, l’astre l’aurait humée en humant la rosée » !

Là-haut, tout en montant dans le ciel du théâtre, il croise François juché sur un trapèze. Il essaie de faire voler, en vain, un petit avion mécanique qui pend lamentablement au bout de sa ficelle.

Qu’est-ce que tu fais là, petit ?
François/Wernher : Je ne suis pas votre petit, d’abord.
Robert/Monsieur Loyal : Pardon. Que fais-tu là, mon grand, en équilibre dans le vide ? Tu pourrais tomber.
François/Wernher: Je ne tomberai jamais ! C’est pas comme cet avion… même pas capable de voler. Quand je serai grand, je m’envolerai, là-haut, vers les étoiles. Je regarderai la terre, et elle sera toute petite…
Robert/Monsieur loyal: Mais les avions ne peuvent pas monter si haut…
François/Wernher : Je m’en fiche, je fabriquerai une fusée.
Robert/Monsieur loyal : Comme au cinéma ?
François/Wernher : Oui, mais ce sera une vraie fusée ! Elle traversera le ciel pour aller… Dans la lune !
Robert/Monsieur loyal : Et que dira le Bon Dieu ? Tu risques de le déranger…
François/Wernher : Il dira rien, Wernher est plus fort que lui.
Robert/Monsieur loyal : Diable !... Eh bien, je te souhaite bonne chance Wernher… Wernher comment ?
François/wernher : Wernher von Braun.

Il disparaît. Monsieur loyal redescend sur la piste.

Robert/Monsieur loyal : Mesdames et messieurs, vous pensez probablement que ce bel enfant au regard bleu, aux boucles blondes, là-haut, fait le rêve de tous les enfants. Un rêve qui s’estompera, à mesure qu’il grandira… Claquement de fouet. Eh bien non ! Ladies and Gentlemen, ce rêve, il le réalisera !
Berlin, 17 ans, il est amoureux ! Amoureux de « La femme sur la lune » de Fritz Lang, qu’il vient de voir au cinéma. Alors, il bricole des fusées avec ses copains.
1932, 20 ans, il commence une thèse sur les fusées à combustion liquide!
1936, 24 ans, sur une île de la Baltique à Peenemüde, il dirige le plus grand centre de recherche spatiale de l’histoire! Claquement de fouet.
Savez-vous que ce jeune homme était si brillant et si beau qu’on le comparait au dieu Thor ! Sehr geehrte Damen und Herren, quel magnifique conte de Fées !... A propos de fées, voulez- connaître, celles qui se sont penchées sur ce destin exceptionnel ?...
Coup de sifflet. Musique ! Claquement de fouet. Envoyez les fées !...
Silence. J’ai dit : envoyez les fées !... Nouveau claquement de fouet mais en vain. Vous n’avez plus de fées ?... Mais qu’est-ce que je fais moi, alors ?... J’ai bonne mine. Vous n’avez plus rien en magasin, là-haut? Même pas un petit ange ou un troll ?... Silence. La lumière baisse. Le vent se lève. On devine un léger roulement de tonnerre dans le lointain… Ah bon !… Vous êtes sûrs… Vraiment ?
Pour toute réponse, un violent éclair déchire l’espace, le tonnerre éclate dans un fracas assourdissant, tandis qu’un vent de tempête balaie le plateau.
Mesdames et Messieurs, Ladies and Gentlemen, changement de programme ! On me communique que les divinités protectrices que nous cherchons sont d’un autre monde… Aussi je vous demanderai d’avoir l’obligeance de bien vouloir me suivre… aux enfers ! Coup de sifflet. Attention à la marche, l’escalier est glissant. Musique!



8. Orphée aux enfers

Sur fond d’orage et de tempête, l’orchestre attaque l’ouverture d’ « Orphée aux enfers ». Robert lance le sifflet / relais à Georges.
Au milieu de la piste, Georges écoute, regarde autour de lui, puis d’un bref coup de sifflet fait cesser le vacarme.

Georges : Arrêtez ! Arrêtez la musique !
Silence. La lumière baisse.
La musique de Dora à l’automne 43, la voilà!…
Dans le tunnel tout résonne : le bruit des perforatrices… On entend les marteaux piqueurs. Vous pouvez rajouter un peu d’écho ?... Merci.
Les explosions de dynamite, les coups de gueule, les coups de matraque suivis de gémissements…Les sons se superposent. Le ronron des moteurs, la locomotive Diesel et sa cloche qui n’arrête pas de sonner… ça, c’est pour la toile de fond sonore…
A notre entrée… Il fait signe d’approcher à Robert, Etienne et François. Ils deviennent les compagnons d’arrivée de Georges. Le choc est terrible. Derrière nous, la grande porte de bois qui barrait l’entrée, vient de se refermer. Nous sommes plongés dans le noir… On peut faire le noir ?... Noir sur le plateau. Merci.

Les Éditions de l’Amandier

 

Equipe de tournage :

Entretien mené par Philippe Touzet

Chef opérateur / Réalisateur : Romain Mamisoa Laporte

Production / montage / cadrage : Philippe FAURE
Contact : philippe@endless-projects.com

www.endless-projects.com

A savoir sur Jean-Pierre Thiercelin...

>>Réagissez à cet article !
©Le Billet des Auteurs de Théâtre 2009
La rédaction