Partager

Le papier du mois
par Catherine Tullat

Au fil de l'humeur

Déplier...

- Nos partenaires -

 

- Le Billet des Auteurs de Théâtre -
Revue mensuelle des écritures théâtrales

Vendredi 24 novembre 2017

Anciens numéros

Au fil de la plume

Marion Aubert

Chaque mois, un auteur nous dévoile
quelques pages manuscrites au fil de sa plume...

Marion Aubert

Marion Aubert est auteur de théâtre

 

A six ans et demi, j’ai écrit mon premier livre entièrement à la main. Ça s’appelait une enfant et un chien. Une histoire d’amour impossible entre une enfant de six ans et demi et une chienne de la SPA de Draveil en Essonne. Des parents fonctionnaires, (réactionnaires ?) refusaient absolument de donner leur enfant en mariage à la chienne (« une bâtarde en plus ! » péroraient-ils). L’enfant, ivre de chagrin, décidait de quitter le foyer familial et de mourir dans le local électrifié du lotissement. J’avais déjà le sens du tragique. Je vous aurai bien livré quelques pages de ce premier manuscrit, mais il a disparu entre mes dessins de maternelle, des factures d’électricité, et les lettres d’amour que s’échangeaient mes parents lorsqu’ils n’avaient pas encore couché ensemble. Ensuite, j’ai écrit un livre pour mon amie Julie dont j’étais follement amoureuse. Ça s’appelait Livre pour mon amie Julie. Mais Julie m’a trahie avec Yohannie, une conne. De rage, j’ai jeté les pages de mon roman dans le robot-mixeur Magimix de mes parents avec des cornichons, des aubergines et une tomate. J’ai tout mangé.

Marion Aubert

 

Petite pièce Médicament

A dix neuf-ans, j’ai écrit ma première pièce. Petite pièce Médicament. Je l’ai écrite entièrement à l’encre de Chine et à la plume d’oie, à la faible lueur d’une bougie (je ne touchais pas les bourses du Conservatoire parce mes parents étaient trop riches). Voici la première page. C’est la liste des personnages.

 


Cliquez sur la page...

Cliquez sur la page...

Les Histrions

Après, pendant quatre ans peut-être, j’ai été prise de graphomanie. J’ai noirci des centaines -que dis-je, des milliers ! de cahiers-brouillon Gibert Joseph. Un jour, je les ai tous mis dans une valise pour impressionner un amant. C’était un amant lointain et fuyant. Il n’habitait jamais au même endroit. Il fallait prendre plusieurs trains pour l’aller voir. J’ai fini par perdre l’amant et ma valise pleine de cahiers dans une gare. Il y avait dedans les manuscrits de Pièce Farcie, Les Pousse-Pions et -me croirez-vous ?- un fromage. Bon. Ça n’était pas des très grandes pièces mais quand même. Cette chronique de BAT me rend sentimentale. Je compte sur vos nombreux lecteurs pour retrouver mes cahiers. En attendant, j’ai quand même conservé les brouillons 2001-2006. Voici donc une page d’un texte intitulé Les Histrions paru depuis chez Actes-sud papiers. Ce doit être (à mon avis, car je suis très brouillonne et rien n’est classé chez moi. Je bourre tout dans des tiroirs avec des chaussettes) un des premiers jets du streap-tease de la vieille du premier rang.

 

Aventures de Nathalie Nicole Nicole

J’ai sauvé aussi le manuscrit des Aventures de Nathalie Nicole Nicole. Voici un extrait du temps où ce devait encore être une pièce pour enfants.

En 2006, j’ai eu un enfant et un ordinateur. Depuis, je n’écris plus rien -à la main j’entends. Je passe un temps inouï devant l’écran. J’efface beaucoup. J’adore effacer des blocs. Je fais des fausses manips. Une fois, mon ordinateur a explosé dans la soute à bagages d’un avion entre Londres et Paris. J’ai perdu toutes mes photos et des textes très importants.

 


Cliquez sur la page...

A savoir sur Marion Aubert...
>>Réagissez à cet article !
©Le Billet des Auteurs de Théâtre 2010
La rédaction Contact